Alain Decaux et Le Vésinet

 

 

[...]
L'esprit de clocher est de tous les temps et de tous les lieux. Explicable, cet esprit. Il naît d'un attachement logique à la ville ou au village qui nous a vus naître, ou bien que nous avons choisi. L'orgueil fait naître une préférence. Dès le moment où nous y sommes, nous voici persuadés que tout est mieux.
Or, cet esprit de clocher-là, nous autres les habitants du Vésinet, nous le ressentons, je crois, plus encore que les autres Français.
Nous avons conscience d'être des privilégiés. En contradiction absolue avec le mouvement de l'histoire, nous sommes prêts à mourir pour nos privilèges. La nuit du 4 août, au Vésinet, devrait s'entendre a contrario.
Faut-il pour cela nous juger sévèrement? Sûrement pas. Car l'attachement à nos privilèges s'explique par notre seul amour de la nature et d'un certain art de vivre. Nous savons que nous sommes la seule banlieue de la région parisienne à avoir été conçue selon un plan d'urbanisme. L'harmonie a présidé à la naissance du Vésinet, et elle a été voulue. Elle nous a évité ces proliférations anarchiques qui font un enfer de certaines autres banlieues. Tout en faisant éclore des lieux d'habitation, les fondateurs du Vésinet ont tenu à sauvegarder la nature. En cela, ils se sont montrés des précurseurs, écologistes avant la lettre. Il y a cent ans déjà, ils ont compris que préserver les arbres, c'était aider la vie des hommes. Ils ont compris que sauvegarder les espaces verts, c'était ménager un cadre favorable à la vie.
De cela, nous sommes conscients. Infiniment. Si quelqu'un s'avisait de remettre en cause nos règles d'urbanisme, nous nous changerions en révoltés. Une Jacquerie au Vésinet? Je la prédis, si l'on touche à nos arbres!

[...]

Alain Decaux (1975)
Extrait de la préface au livre de Georges Poisson, La curieuse histoire du Vésinet (1975)

© Société d'Histoire du Vésinet, 2004 - http://www.histoire-vesinet.org


Alain Decaux félicité par Alain Jonemann, maire du Vésinet
lors de sa réception à l'Académie française (13 mars 1980)
(Photo J.Lattès.)