D'après "France haltères bulletin officiel de la f.f.h.m.f.a.c., n°6, février 2004"

PORTRAITS D'ANCIENS CHAMPIONS
CHARLES RIGOULOT, l'homme le plus fort du monde
 par Rolf Maier

 

Charles Rigoulot, l'un des plus prestigieux champions que l'haltérophilie française ait connu, aurait eu cent ans il y a peu.
Quoi de plus naturel en ce début d'année olympique que de retracer l'étonnante carrière de cet athlète hors pair doté d'une force physique peu commune. Né le 3 novembre 1903 au Vésinet, Charles Rigoulot s'est distingué pendant sept années (de 1924 à 1931) avec une telle aisance et une telle régularité qu'il faudrait plusieurs pages pour raconter ses exploits.

Ses débuts sportifs remontent avant 1922, avec la pratique de la course à pied, notamment, et du football. Mais c'est au Stade Jean Bouin à Paris qu'il découvre les premières barres à sphères parmi d'autres engins de musculation. Sa facilité à maîtriser ce matériel l'incite à y consacrer plus de temps. Il fréquente les salles où se mélangent, à cette époque, lutte, gymnastique, acrobatie et bien sûr, haltérophilie.

Une carrière couronnée par un titre olympique

C'est au Championnat de Paris en 1923, au Gymnase de la Bidassoa que Charles Rigoulot fait sa première apparition officielle. Ses performances de l'époque (pour un poids de corps de 81,3 kg):

  • arraché à droite: 70 kg
  • arraché à gauche: 60 kg
  • développé à deux bras: 65 kg
  • arraché à deux bras: 90 kg
  • épaulé jeté à deux bras: 110 kg

L'année suivante, au championnat de France, il arrache 100 kg, épaule et jette 130 kg. Une performance qui lui permet de participer aux Jeux Olympiques de Paris où il empoche le titre dans la catégorie des mi-lourds. Les Jeux terminés, il quitte cette catégorie pour faire toute sa carrière chez les poids lourds.
On retiendra de la prestigieuse carrière de ce champion ses duels avec Ernest Cadine qui déplaçaient chaque fois une foule considérable. L'haltérophilie était alors considérée comme un grand spectacle.


Charles Rigoulot en 1924

 

Détenteur de plusieurs records du monde, Charles Rigoulot termine sa carrière le lundi 4 mai 1931, lors d'une compétition à la salle Wagram où il se blesse sérieusement au cours d'une tentative de record à l'épaulé jeté à 185 kg.

Une reconversion réussie

Son sens du spectacle l'oriente ensuite vers des numéros d'acrobatie de main à main avec sa femme. Il participe aussi à des rencontres de lutte et de catch. Il pratique plus tard les sports mécaniques et remporte le célèbre Bol d'Or en 1937. On l'aperçoit même sur des affiches publicitaires et au cinéma [§]. C'est dire la notoriété de ce champion qui porta haut les couleurs de la France dans les compétitions internationales. Lorsqu'on lui demandait quel était sa méthode d'entraînement, il répondait: "Bien boire, bien manger et surtout, beaucoup s'entraîner."
Un bel exemple que fut ce champion d'exception qui a marqué de son empreinte l'histoire déjà bien remplie de notre discipline.

§ Un soir de bombe (1935); l'Aventure est au coin de la rue (1944); Cent francs par seconde (1952); À la manière de Sherlock Holmes (1956);

 

Société d'Histoire du Vésinet, 2004 – http://www.histoire-vesinet.org