Selon une lettre de M. Charles Thélin à M. le directeur de l'Indépendance belge, à Wilhelmshœhe, 25 octobre 1870.

La Cassette particulière de l'Empereur, selon Charles Thélin

Dans l'Indépendance belge du 16 de ce mois, un M. Max Pol que je n'ai pas l'honneur de connaître, fait appel à mon témoignage pour prouver que l'empereur Napoléon III a, pendant son règne de dix-huit années, placé des sommes considérables à l'étranger. M. Max Pol se trompe. Ce n'est pas à l'étranger mais à l'intérieur que l'empereur a fait de nombreux placements et je vais vous en donner un aperçu aussi exact que possible.
La liste civile de l'empereur était de 25 millions plus 2 millions provenant des forêts de la couronne. Total: 27 millions. Sur cette somme, les services ordinaires inscrits au budget de la liste civile absorbaient 22 millions. Ces services se composaient:
du ministère de la maison de l'Empereur; de la grande aumônerie; du grand-maréchal du palais; du grand-chambellan; du grand-écuyer; du grand-veneur; du grand-maître de cérémonie; de la maison militaire; de la maison de l'Impératrice; de la maison du prince impérial; de la restauration et de l'entretien des palais impériaux; de l'administration du mobilier de la couronne; des manufactures impériales des Gobelins, de Sèvres et de Beauvais; des voyages, etc., etc.
L'Empereur s'était réservé par an une somme de 5 millions qu'il pouvait dépenser comme bon lui semblait, sans nuire en aucune façon à la marche des services établis. Voici l'emploi de la presque totalité de cette somme.

Allocation annuelle de 200.000 frs pour compléter et porter à 600 frs la pension des amputés militaires qui n'est en moyenne que de 400 frs, depuis 1859, soit onze années

2.200.000

Don pour les sociétés coopératives de Paris

500.000

Don pour les sociétés coopératives de Lyon

500.000

Don pour les sociétés de secours mutuels des anciens militaires

500.000

Dons pour maisons à bon marché à Paris, à Lille, à Amiens, à Bayonne

1.000.000

Achat des landes de la Bouhère et mise en culture

5.000.000

Achat de terrains incultes en Sologne

2.500.000

Allocations pour le dessèchement des Dombes (Ain)

430.000

Allocations pour dessèchement dans la Dordogne et dans l'Allier

100.000

Dessèchement des marais d'Orx (Landes)

2.500.000

Ensemencement des Dunes de la commune d'Anglet (Basses-Pyrénées)

80.000

Fermes du camp de Châlon

5.000.000

Reconstitution de la Terre de la Châtaigneraie, près Saint-Cloud

800.000

Achat de la ferme modèle algérienne de Bouliardoura

250.000

Fertilisation des landes de Bretagne, à Korn-er-Houet

200.000

Don à l'Algérie de charrues à vapeur

80.000

Théâtre du camp de Chalons, 50.000 frs par an depuis 1850

120.000

Paiement d'une partie des dettes de la commune de Mourmelon

60.000

Paiement des dettes de la commune de Saint-Cloud

400.000

Église de cette ville

400.000

Églises de Plombières, de Biarritz, de Suippe, de Mourmelon, de Vadenay, de Cusset, de Conty, de Saint-Jean-de-Luz, de Solferino (Landes), de Rueil, de St-Leu, de Fontainebleau, etc.

2.200.000

Allocations pour maisons d'écoles dans beaucoup de départements

1.200.000

Allocations pour les chemins vicinaux des Basses-Pyrénées

200.000

Allocations pour travaux aux mairies de Compiègne et de Pierrefonds

50.000

Travaux d'utilité et d'embellissement à Plombières et à Vichy

600.000

Restauration du château de Pierrefonds

5.800.800

Palais des Césars à Rome, fouilles

750.000

Cautionnements fournis à divers officiers nommés percepteurs ou receveurs particuliers

500.000

Musée de Saint-Germain

500.000

Allocations aux filleuls de l'Empereur, 60.000 frs par an depuis 1856

840.000

Inondations du Rhône et de la Loire

300.000

Secours pour incendies, grêles, etc., 200.000 frs par an pendant 18 ans

5.600.000

Indépendamment des 1.200.000 frs par an inscrits au budget de la liste civile pour les dons et secours et des 400.000 frs de pensions, l'Empereur donnait, sur sa cassette particulière, en pensions et secours, à d'anciens serviteurs, à d'anciens militaires et autres, 300.000 frs par an, soit pour 18 ans

3.400.000

Encouragements aux arts, aux sciences, à l'industrie. Travaux archéologiques dans plusieurs départements. Travaux de M. Foucault (astronomie), de M. Regnault (gaz), de M. Ste-Claire-Deville (aluminium, pétrole); de M. Fromont (électricité). Expériences du chemin-de-fer du Raincy, de la Jonchère, du camp de Châlons et autres inventions et expériences de machines à vapeur propres à la culture et à l'industrie. Expériences d'artillerie, atelier de Meudon, etc., 600.000 frs par an pendant 18 ans

10.800.000

Dons diplomatiques, tabatières, décorations en diamants, bijoux pour artistes dramatiques, etc., 200.000 frs par an pendant 18 ans

5.600.000

Achat de pierres précieuses, ajoutées aux diamants de la couronne, environ

100.000

Achat d'anciennes armures pour le cabinet de Pierrefonds

500.000

Allocations à la Société du prince impérial pour prêts au travail depuis sa création

259.000

Prix de courses. Allocations et concessions de médailles aux concours régionaux, aux comices agricoles, aux régates, aux sociétés d'horticulture, de tirs, d'orphéons, etc., 60.000 frs par an pendant 18 ans

1.080.000

Médailles de tarse, données à la bibliothèque impériale

50.000

Dons de munificence et prêts à diverses personnes. Entre autres: deux hôtels aux deux ministres MM. Billault et Magne, hôtel à la princesse Baciocchi, hôtel au prince Murat, six maisons à Vichy, au docteur Conneau et à d'anciens serviteurs, complément de la dot de la princesse Anna Murat...

10.000.000

Œuvres de bienfaisance de l'Impératrice, 500.000 frs par an pendant dix-huit ans

9.000.000

Total      

frs  75.540.000

€ 260.600.000 [1]

Telles sont, à ma connaissance, les sommes principales que l'Empereur a dépensées tous les ans en dehors de son budget ordinaire.
Je ne connais point d'autres placements de fonds. [2]
Agréez, monsieur, l'assurance de ma considération très distinguée.
Le trésorier particulier de l'Empereur,

    Ch. Thélin
    Wilhelmshoehe, 25 octobre 1870.

    [1] Outils de conversion des francs en Euros (XXe siècle) . A titre de comparaison, en 1875 un ouvrier de l'industrie privée gagnait environ 4,65 francs par jour (soit 15,40 euros, valeur 01/01/2002, source INSEE).

    [2] La suite devait montrer que Napoléon avait bel et bien constitué d'importantes réserves dans plusieurs pays d'Europe et Charles Thélin fut appelé à faire de nombreux voyages de 1870 à 1873, pour réaliser de quoi satisfaire les besoins de l'Empereur déchu, à la plus grande satisfaction du Roi Guillaume qui répugnait à engager trop de frais pour son hôte de marque.

     


Société d'Histoire du Vésinet, 2010- www.histoire-vesinet.org