D'après Maurice Genevoix -"Vlaminck, l'homme", Flammarion, 1954

La jeunesse de Vlaminck au Vésinet

Maurice de Vlaminck est né à Paris, le 4 avril 1876. Mais ses premiers souvenirs ne devaient pas être parisiens. En 1879, ses parents vinrent habiter le Vésinet. D'autres enfants, un frère, deux soeurs, étaient nés ou allaient naître : on serait là-bas moins à l'étroit, on échapperait aux loyers trop chers. Cette banlieue à pelouses, à villas de meulière, à murs de clôture couronnés de culs de bouteilles, elle est généralement tenue pour "distinguée". A travers les barreaux des grilles - des grilles forgées, à fers de lance dorés - on entrevoit des parasols de jardin, des chiens soignés à beaux colliers, des bassins à poissons rouges, toutes marques d'une richesse bien assise, bien protégée, propres à frapper durablement l'imagination et les sens d'un petit garçon très pauvre. Puisqu'on parle volontiers de complexes, singulièrement pour en créditer les artistes, en voici un que Vlaminck avoue. Ce mélange d'admiration, d'envie - mais d'une envie sans âcre jalousie, telle qu'en peuvent éveiller des merveilles inaccessibles - jamais il n'est parvenu par la suite à en jeter tout à fait la gourme. A peine, en ce lointain temps-là, lui arrivait-il de barbouiller au minimum ces grilles hautaines et cossues, parce qu'elles lui semblaient "trop belles". Plus tard, sa force physique insigne, ses lauriers de pédaleur et de rameur devaient lui conquérir un prestige d'une autre sorte auprès des jeunes gens du cru. Il a conté dans un de ses livres comment il corrigea avec une vigueur élémentaire et sauvage, pour une Hélène du Vésinet, un cocodès avantageux.

Vlaminck, peintre encore virtuel, eut à cette époque deux maîtres, lui qui ne s'en reconnaît aucun : M. Robichon, de la Société des Artistes français, et un bourrelier du Vésinet. S'il tenta de copier les oeuvres du premier, "trop belles", comme les grilles des villas, ce furent les oeuvres du second - des portraits peints sur des bouts de verre avec des teintures et des vernis à colliers - qui secouèrent sa sensibilité. Vlaminck a dit à Florent Fels qu'il en gardait une impression comparable à celle que firent sur lui, vers le même temps, les personnages de Thérèse Raquin. Peut-être l'ombre du bourrelier se penchait-elle sur son épaule quand il peignit, plus tard, son portrait Cher Ami, cet étonnant, burlesque et presque hallucinant bonhomme, croque-mort jovial à haut de forme, à barbiche et à pince-nez.


Société d'Histoire du Vésinet, 2007-2014 - www.histoire-vesinet.org