Jean-Paul Debeaupuis, SHV, mars 2013

Jules Robichon, artiste peintre

Jules Paul Victor Robichon est né à Paris (4e) le 30 août 1839, fils de Louis et Célestine Guitton, son épouse. Le 16 novembre 1867, à Paris (9e) il épouse Jeanne Lestrem-Pussacq âgée de 21 ans, originaire de Mourenx , Basses-Pyrénées (aujourd'hui Pyrénées Atlantiques) couturière, fille d'agriculteurs. A cette date, Jules Robichon exerce la profession de peintre décorateur.
Un peu plus de trois mois plus tard, le 29 février 1868, nait le premier fils du couple, Hippolyte Camille. La famille Robichon habite rue de la Grange-Batelière, n°3, à Paris (9e). Jules est alors déclaré tapissier et son épouse est toujours couturière. Le couple aura trois autres enfants : Paul (1869), Renée (1873), Gaston (1874).

En 1876, Jules Robichon apparaît sur le catalogue du Salon des Artistes français. Il habite au Vésinet, à l'angle de la rue du Pecq, n°8, et de la rue de l'Eglise, n°12 (aujourd'hui angle Maréchal-Foch / Ernest-André). Membre de la Société des artistes français, Robichon expose chaque année au Salon des œuvres très classiques : Les bords de la Loire aux environs de Tours, l'hiver (1876) ; Une clairière dans le bois du Vésinet (1877) ; Retour du marché (1878) ; Une table dans la cuisine de mon père la veille de mes noces (1879) ; Provisions d'hiver, préparations des conserves d'oies dans le midi (1880) ; Intérieur d'une vieille cour à Rennes (1882)...
En 1879, l'Hôtel Drouot lui a consacré un catalogue de 108 toiles.


Jules Robichon, Une table ..., 1878 (détail)


Jules Robichon, Paysage, [33 x 46 cm]


Jules Robichon, Nature morte aux accessoires d'atelier d'artiste [21 x 26,5 cm]


Signature de Jules Paul Victor Robichon dont les toiles sont toujours cotées.

 

C'est à Jules Robichon qu'en 1878, Alphonse Pallu, fondateur, directeur et premier maire du Vésinet, fait appel pour réaliser son portrait en pied, presque grandeur nature. La toile est exposée à la Mairie. Elle fut donnée par Madame Pallu en 1890 à la Ville, la municipalité en ayant fait la demande.


Alphonse Pallu, 1878

« Le visage d'Alphonse Pallu, âgé de soixante-dix ans, est empreint de sérénité de dignité. Le regard est aigu sous des sourcils dissymétriques, le nez acéré, les lèvres minces. On sent un homme, au passé fécond, et qui cherche à percer l'avenir, sans considérer, croit-on, son œuvre accomplie, sa mission achevée. Et pourtant, un an plus tard il ne sera plus maire ; deux ans plus tard, il aura disparu. L'homme est sévère, triste, mais reflète une grande bonté. » [1]


Le fronton original qui orne la maison du 35 rue Jean-Laurent est-elle l'œuvre de Robichon ?

Vers 1880, la famille Robichon s'est installée au n°35 de la rue de la Mairie (qui devient rue Jean-Laurent en 1889) et semble vivre de l'art de Jules. C'est là qu'elle cohabite quelque temps avec la famille De Vlaminck. [2] Robichon aura pour titre de gloire posthume d'avoir été l'un des "maîtres" de Maurice De Vlaminck, même si ce dernier n'en reconnait aucun et si, selon Maurice Genevoix, Vlaminck aurait été davantage influencé par un bourrelier du Vésinet « qui peignait des portraits sur des bouts de verre avec des teintures et des vernis à colliers.» S'il tenta de copier les œuvres de Robichon, il les trouvait « trop belles » pour s'en inspirer.
Vers la fin du XIXe siècle, la famille Robichon quitte le Vésinet pour Asnières. Jules y reçoit la croix d'officier d'académie en 1907...

***

    Notes et sources

    [1] Catalogue de l'Exposition du Centenaire, Le Vésinet, 1975

    [2] Les Robichon y sont domiciliés à partir de 1880. Il y sont recensés en 1881, 1886 ; La famille De Vlaminck, qui en 1889, résidait encore chez la grand mère, avenue de la Princesse, y est seule recensée en 1891, elle n'y est plus en 1896. Selon Thibault & Deloison, les deux familles y sont domiciliées en 1892, le propriétaire étant M. Benoit.


Société d'Histoire du Vésinet, 2014 - www.histoire-vesinet.org