Echos du Passé, Le Vésinet, Revue municipale n°58, mars 1982

Qui était Cécile Chaminade ?

Bien des Vésigondins vont découvrir à qui est dédiée cette allée du Vésinet, calme entre toutes, au voisinage du Lac Inférieur, à deux pas de L'Ile du Rêve. Georges Poisson, dans sa Curieuse histoire du Vésinet y consacre six lignes seulement. Le Petit Larousse est muet, quant à lui.
La pochette d'un disque, récemment enregistré, de pièces pour piano de Cécile Chaminade (disque EMI, la Voix de son Maître, C. 069.16410 comprenant la sonate en Ut mineur, l'Arabesque, six études de concert, l'impromptu, Automne, la Tarentelle, etc.) et découvert par Mme Fouquet, nous fournit une première biographie, sous la plume de Gérard Condé, à qui nous ferons un certain nombre d'emprunts. La chance, ensuite, vint en la personne de Mme Le Masson, qui habite Le Vésinet. Elle nous écrivit il y a quelques mois, son père ayant été le cousin germain de Cécile Chaminade; elle disposait donc de souvenirs familiaux utiles à nos recherches. Nous l'avons rencontrée et c'est un peu grâce à elle si cette page est écrite. Quelle en soit donc remerciée.
En 1865, les parents de Cécile Chaminade acquièrent une propriété du boulevard de Ceinture-rive-gauche: elle existe toujours semblable, dit Mme Le Masson, à ce qu'elle était autrefois, le jardin étant seulement plus petit. L'adresse en est aujourd'hui le 41, boulevard du Président-Roosevelt
[*] (le boulevard de Ceinture-rive-gauche s'appela boulevard du Midi à partir de 1878, boulevard d'italie en 1919 et boulevard du Président Roosevelt en 1945). Cécile, née le 8 août 1857 à Paris, arrive donc au Vésinet à l'âge de 8 ans. Ses parents ont eu 7 enfants dont 3 moururent en bas âge. Son père est directeur d'une compagnie d'assurances.
Le Vésinet, à cette époque, n'est pas encore une commune, l'église Sainte-Marguerite est consacrée depuis le 2 juillet 1865, la gare du centre existe depuis 4 ans, il n'y a pas encore d'école, ni de marché. Henri et Louise Chaminade, frère et soeur ainés de Cécile font partie le 31 mai 1866, des 20 premiers communiants du Vésinet. Dix ans après, à l'occasion de la première communion d'Henriette Chaminade, la dernière fille, ce sont soixante quinze enfants qui sont réunis et qui, à la demande du curé, viennent goûter dans le jardin des Chaminade.
A la première communion de Cécile, on joua un O Salutaris qu'elle avait composé. Musicienne dans l'âme, elle bénéficia de la présence de sa mère, elle-même excellente pianiste et elle a toujours entendu jouer de la musique dans sa famille. Georges Bizet, qui habitait à proximité, route des Cultures, l'appelait son "petit Mozart", nous dit Gérard Condé. Mais elle avait maille à partir avec son père qui ne consentait à lui faire suivre des cours de piano et d'harmonie qu'à son domicile. Pas question pour une jeune fille d'aller au Conservatoire, mais on recevait beaucoup de musiciens et de compositeurs chez les Chaminade
A vingt ans, en 1877, profitant d'un voyage de son père, elle participe pour la première fois à un concert, pour l'exécution d'un Trio de Beethoven et c'est le départ de sa carrière de concertiste et de compositeur. En 1878, premier concert consacré à ses propres oeuvres. En 1881 est donnée à Paris une suite d'orchestre. L'année suivante, ses parents font entendre chez eux une audition privée d'un opéra comique en un acte, La Sévillane qu'elle accompagne au piano.
Elle continue d'écrire et en 1888, son ballet Callirhoe, créé à Marseille, obtient un grand succès et sera donné par la suite plus de deux cents fois, notamment au Metropolitan Opera de New Vork. La renommée dépasse donc nos frontières. Elle se produit à Bruxelles, à Berlin, à Londres, en Hollande, en Suisse. La mort de son père la contraint à ces voyages, pour des raisons financières. De même, elle signe un contrat avec un éditeur aux termes duquel elle doit douze mélodies par an, Mme Le Masson exprime son sentiment ainsi : "Cécile ne savait pas se défendre, elle voyait des gens à Paris, qui ne lui donnaient pas d'argent mais lui donnaient beaucoup de travail".

Tournées en Angleterre, la reine Victoria l'invitant à séjourner à Windsor. Il semble qu'aujourd'hui encore, Cécile Chaminade soit jouée outre-Manche. En 1907-1908, elle donne vingt-cinq concerts au Canada et aux Etats-Unis, où elle déjeunera avec Theodore Roosevelt. C'est au cours de ce séjour qu'a été prise la photographie ci-contre que Mme Le Masson nous a autorisé à reproduire ici. Entre-temps, Cécile s'était mariée avec un homme [**] qui mourut dès 1905, sans laisser d'ailleurs de souvenir particulier dans la famille. En 1911, sa mère disparaît et Cécile se retrouve seule. En 1914, nouveaux succès à Londres, La guerre survient alors et marque la fin de sa carrière musicale, elle va s'occuper d'un hôpital pendant la guerre. Elle quittera Le Vésinet en 1925 pour aller s'établir à Tamaris près de Toulon, avant de s'installer définitivement à Monte-Carlo, où elle s'éteindra le 13 août 1944, dans sa 87e année.Cécile Chaminade

Gérard Condé décrit ainsi le style de Cécile Chaminade: "Une écriture claire, aisée, mélodique sans vulgarité, rappelant Mendelssohn, avec quelques touches d'archaïsme parfois. Les attaques sonnent toujours très distinctement comme chez Liszt ou Saint-Saëns et, à défaut de posséder l'originalité de celle d'un Chabrier, d'un Fauré ou d'un Debussy, son inspiration n'est jamais banale, et cela, sans qu'il soit nécessaire d'évoquer la mélancolie qui transparaît souvent ou, au contraire, la fermeté des rythmes, on peut dire qu'elle est personnelle".

Cécile Chaminade en 1907.
Portrait réalisé à New York par All Haman Salih, 12 ans

[...]
Cécile Chaminade n'a pas habité dans l'allée qui porte son nom (mais qui eut l'idée de lui dédier cette voie qui n'est communale que depuis une dizaine d'années?) et nous souhaitons que cette notice l'aura fait sortir de son oubli.
  
Alain-Marie FOY. Conseiller municipal.

[*] L'entête du papier à lettre de Mme Chaminade indique 39, boulevard du Midi en 1906.
[**] Un éditeur de musique marseillais, Louis Mathieu Carbonel.

  

© Société d'Histoire du Vésinet, 2003 – http://www.histoire-vesinet.org