D'après F. Bourtayre - Le Vésinet 1856-1880, mémoire de Maîtrise, Paris X - Nanterre, 1987  (compléments et illustrations, SHV.)

Une maison au Vésinet du XIXe siècle

Les journaux tels que La Ville de Paris ou L'Industriel de St-Germain font souvent l'éloge des "maisons somptueuses" qui s'élèvent au Vésinet à partir de 1858. Cependant, ces éloges valent surtout pour l'aspect extérieur de ces demeures. F. Bourtayre, dans son mémoire, s'est efforcé de "pénétrer l'intimité des Vésigondins du milieu du XIXe siècle, aux premières années de la nouvelle colonie" en analysant les descriptions de ces maisons que l'on peut trouver dans les archives notariales et les journaux d'époque.

Quelles maisons ?

En 1872, on dénombre 322 maisons sur l'ensemble du parc. En 1876, elles sont 420 et 557 en 1881, soit une augmentation de presque 1/3 tous les 5 ans. Ensuite, le rythme des nouvelles constructions semble ralentir comme d'ailleurs l'évolution de la population. En 1896, on trouve 815 maisons soit 46% de plus en 15 ans. Entre 1896 et 1906, le nombre augmente seulement de 16% passant de 815 à 938. [1]
En 1881, les maisons de deux étages sont les plus nombreuses (246 sur 557). Elles correspondent souvent à un modèle très conventionnel proposé « sur catalogue » par divers architectes. Ensuite, 212 n'ont qu'un étage, 55 sont des rez-de-chaussée et, plus rares, 14 maisons à trois étages. [1]

    Différents modèles de "maisons de campagnes" proposées par les architectes sur catalogue. (ici Agnès, Bertrand, Petit) Les styles "néo-Louis XIII" et "néo-classique" sont les plus répandus. Les maisons les plus simples sont en moellons enduits, d'autres en brique et pierre taillée ou sculptée. L'agencement intérieur est très similaire. Elles sont proposées à des prix de 30 000 à 40 000 frs.

    Le plan carré connaît quelques exceptions (ici Bertrand, Petit) et le toit "mansard" en zinc et ardoises laissera progressivement la place à des couvertures en tuiles (ici Suffit) et à des formes plus éclectiques. De ces maisons des premières années de la colonie, beaucoup ont été démolies et celles qui ont subsisté ont souvent connu d'importantes transformations, des extensions pas toujours heureuses. Les œils-de-bœuf ont presque tous disparu avec l'aménagement des combles.

    Peu à peu, l'éclectisme devient la règle avec comme point commun l'usage de la pierre, de la brique bicolore qui vont constituer une sorte d'identité vésigondine même si ce terme n'existe pas encore. (ici Destor, architecte vers 1860)

    A côté de ces maisons conventionnelles, très semblables, l'éclectisme caractérise aussi des édifices beaucoup plus originaux, des "folies" aux allures de château médiéval pour lesquels les architectes (ici Bourgeois, Saingery, Bardon) laissent libre cours à leur fantaisie. Pourtant, la pierre, la brique polychrome, les faïences, le soubassement de meulière les intègrent à cette "identité vésigondine" des premières années.
    Les prix de ces villas, lorsqu'on les connaît, s'élèvent à des sommes de l'ordre de 70.000 à 75.000 frs.

    C'est dans ce type de bâtiments souvent agrémentés de tourelles (ici, par Labouret) que l'on va retrouver le troisième étage signalé plus haut. Il se réduit à une pièce, un belvédère ...

    Dans le parc, les maisons de ville, en bordure de rue sont rares en raison des règles du Cahier des Charges. Les bâtiments en limite de propriétés sont généralement des annexes, des maisons de jardiniers, des communs. Ils sont alors tournés vers l'intérieur de la propriété dont ils dépendent.
    Dans le "Village", les maisons de villes sont plus communes mais beaucoup (comme celle-ci, par Adolphe Gelbert) ont disparu pour faire place aux immeubles de la seconde moitié du XXe siècle.

Sur la question de l'architecture au Vésinet, on ne peut ignorer l'ouvrage de référence publié en 1989 par l'inventaire général des momuments et des richesses de la France [2] ou sa réédition en 2002.

Eau à tous les étages

« Toute habitation n'a qu'à tourner un robinet pour avoir, à toute heure, autant d'eau qu'il lui plait... » note le chroniqueur enthousiaste. Disposer de l'eau courante à tous les étages, c'est un « luxe » offert par la Cie des Eaux et Terrains du Vésinet [3]. Une opportunité que les habitants et les architectes ne saisissent pas toujours. Ce n'est pas qu'une question d'argent. Si les salles de bains, les douches et des toilettes intérieures n'apparaissent pas dans la majorité des demeures, comme l'examen des actes de vente a permis de l'observer, il est intéressant de noter qu'elles sont tout de même présentes là plus qu'ailleurs. [4]
Une récente publication étend ce constat à l'ensemble de la France pour la période 1880-1914. [5]

Pendant les deux dernières décennies du XIXe siècle, les recueils de plans d’habitations présentent des appartements équipés selon un habitus qui dissocie coquetterie et beauté de propreté et hygiène. À la première exigence correspond le cabinet de toilette, à la seconde, la salle de bains. Si à la fin de la période étudiée les pratiques et les lieux se sont transformés, cette évolution ne touche pas de la même façon tous les groupes sociaux. La France rurale continue de faire sa toilette le dimanche, dans une cuvette et avec très peu de cette eau qui nécessite de grands efforts pour être tirée du puits. Les ouvriers sont sommés d’utiliser les douches qu’on leur destine mais vont lentement dissocier cette injonction et le plaisir de l’eau. La France urbaine et bourgeoise est prête à accepter la propreté blanche et brillante des salles de bains-laboratoires qu’elle avait refusées à l’Exposition universelle de 1900.

Jusqu'au début du XXème siècle, une "somptueuse demeure" pouvait s'enorgueillir d'une salle de bain et de cabinets d'aisance. La salle de bain est encore exceptionnelle à l'époque ; le plus souvent un "cabinet de toilette", sans eau courante, suffit. En 1902, les cabinets d'aisance sont une "curiosité" que l'on ne trouve, en France, que dans un logement sur trois. [6]
Lorsque Joseph Olive loue à Alphonse Pallu, au Vésinet, une maison de deux étages qu'il vient de construire, on trouve au rez-de-chaussée une « petite salle de bain » et un water-closet que l'on trouve aussi au premier étage, ce qui est inhabituel. Le 6 mars 1863, l'architecte qui loue sa maison à la famille Pallu en a acheté une autre de deux étages dans laquelle on trouve un closet mais pas de salle de bain, un simple cabinet de toilette. En décembre, le cahier des charges d'une vente fait apparaître les mêmes structures : WC mais pas de salle de bain. Le 7 septembre de la même année, les minutes d'une vente entre particuliers font aussi apparaître une salle de bain et des lieux dits "à l'anglaise". En juillet 1865, l'adjudication d'une maison du parc permet d'avoir un inventaire détaillé de son intérieur: "Au sous sol, salle de bain avec eau chaude et froide, hydrothérapie et douche ; un calorifère chauffant toute la maison…. Cabinet à l'anglaise ..." Le premier étage comprend bien sûr des chambres et l'habituel cabinet de toilette, mais aussi un cabinet d'aisance, encore assez rare dans les étages [7]. Une autre vente, en novembre 1865 concerne une maison où l'on trouve une salle de bain mais pas de lieu d'aisance… Les lieux à l'anglaise ou water closet sont encore souvent relégués au fond du jardin. [8]


water-closed — cabinet de toilette — salle de bain (dessins 1880)

De telles structures à une époque où la technique, et surtout les mœurs les rendent exceptionnelles, novatrices, suggère qu'ici l'hygiène ne se limite plus seulement à la circulation de l'air, à l'espace vert, au repos de l'esprit, mais se porte aussi pour certains Vésigondins sur le corps, à une époque où la propreté de celui-ci n'est pas encore entrée dans les mœurs.
On peut être tenté de croire, au regard des articles de journaux qui ne parlent que de belles toilettes, d'attelages somptueux et d'aimable compagnie, que Le Vésinet n'est qu'une façade, un îlot factice. Ce serait une erreur.
Utopie urbaine devenue réalité, la ville-parc semble aussi se transformer en utopie sociale tentant de réunir, de recréer, dans son cadre ce que la société fait de mieux. Îlot salubre, il l'est aussi pour la convivialité et la culture de la haute et moyenne bourgeoisie. Au XXe siècle, l'installation permanente se substituant à la villégiature le parc tendra à devenir une ville idéale où se mêleront les avantages de la grande cité, et celle des stations de tourisme de luxe.

    Notes et sources

    [1] Archives départementales de Seine & Oise: Recensements, Le Vésinet.

    [2] Le Vésinet, modèle français d'urbanisme paysager - Cahier de l'inventaire n°17, Imprimerie Nationale, Paris, 1989 [réédité en 2002]

    [3] Un réservoir destiné à l'approvisionnement de l'eau a été édifié dès 1859. il sera rehaussé vers 1885 puis remplacé par un autre plus haut et plus volumineux vers 1895.

    [4] Archives départementales de Seine & Oise: St-Germain-en -Laye, Archives Moisson. Toutes les informations citées sur l’intérieur des maisons sont tirées de ces archives.

    [5] M. Eleb, - La mise au propre en architecture : Toilette et salle de bains en France au tournant du siècle (1880-1914) - Techniques & Culture, n° 54-55, 2010.

    [6] E. Weber, - Fin de siècle, Fayard, Paris, 1986 p 80.

    [7] Industriel de St-Germain (29/08/1865).

    [8] G. Vigarello, - Le propre et le sale, Seuil, Paris, 1985 p 233.

     


Société d'Histoire du Vésinet, 2012 - www.histoire-vesinet.org