Jean-Paul Debeaupuis, Société d'Histoire du Vésinet, 2009

Bernard Hippolyte Chameroy au Vésinet

Au début du XIXe siècle Edme Augustin Chameroy, manufacturier et marchand d'instruments de musique à Paris contribue à l'invention de l'accordéon. Puis il se lançe dans la production de tuyaux bitumés et fait fortune en fournissant un des constituents essentiels du jeune réseau gazier français. Son fils, aussi prénommé Edme-Augustin, poursuit dans la même veine mais diversifie la production en innovant dans le domaine de la robinetterie, les instruments de pesée, les alliages métalliques. La tradition s'est perpétuée durant plusieurs générations, grâce à de nombreuses inventions.
Un autre fils de Edme Chameroy, né d'un second lit, après avoir contribué au renom et à la fortune de cette entreprise familiale, la Société des Tuyaux Chameroy, s'installe au Vésinet pour vivre de ses rentes.
Il s'appelle Bernard Hippolyte Chameroy.

Né à Paris en 1838, du mariage de Edme Augustin Chameroy [† 1868] et Marguerite Françoise Désirée Goddier [1809-1891], il obtient un diplôme d'ingénieur civil en 1861. Dès cette date, il se présente comme un jeune industriel entreprenant et inventif en ouvrant à la Villette un atelier de fabrication de persiennes en tôles. Pleine de promesses, cette activité disparait cependant bien vite. L'affaire est déclarée en faillite en mai 1861 et Hippolyte Chameroy part pour Turin, pour y représenter les intérêts de la Société Chameroy & Cie fondée et dirigée par son père. En Italie, il rencontre Augusta Ferdinanda Grosso et de leur mariage en 1862 nait, à Turin, leur premier fils Jacques François Ferdinand (1863-1958). La famille séjourne ensuite en Belgique, à Molenbeek-Saint-Jean, près de Bruxelles où nait un second fils, Henri Désiré, le 25 juillet 1871.
De retour en France, Hippolyte Chameroy, inaugure une brillante carrière d'inventeur en déposant un brevet pour un robinet intermittent. L'invention sera habilement exploitée par la Société Chameroy, dirigée depuis 1868 par le demi-frère d'Hippolyte. Ce robinet connaîtra un succès immédiat et, après plusieurs améliorations, remportera en 1878 une médaille d'or à l'exposition universelle.

Domiciliée à Paris, rue Saint-Augustin, n°17, la famille d'Hippolyte Chameroy occupe aussi une villa à Maisons-sur-Seine (qui va devenir Maisons-Laffitte), au n°16 de la rue des Petits-Bois. C'est là que voit le jour Albert Joseph, le quatrième fils, le 7 avril 1878. Monsieur Chameroy fera ensuite, l'acquisition d'une maison au Vésinet, au 89, avenue Centrale [actuelle avenue Georges Clemenceau], peut-être grâce à la vente de plusieurs brevets qu'il réussit à cèder à un voisin :

...La cession enregistrée au secrétariat général de la préfecture du département de Seine-et-Oise, le 30 novembre 1882, faite, suivant acte en date du 22 septembre de la même année, au sieur Julien Parahy, négociant, demeurant à Perpignan (Pyrénées-Orientales), rue Mailly, n° 36, et au sieur Jacques-Joseph-Gaston Aubert, négociant à Maisons-Lafitte (Seine-et-Oise), rue des Petits-Bois, n°56, par le sieur Chameroy, de tous ses droits au brevet d'invention de quinze ans qu'il a pris, le 26 septembre 1881, pour une machine à découper et à encoller, d'une manière continue le papier à cigarettes.

Bulletin des Lois, 1882

Lorsque treize ans plus tard, Hippolyte Chameroy dépose une nouvelle demande de brevet (13 mars 1893), il est encore lié à la Société Chameroy, puisque la demande est domiciliée au siège de la Société, 196, rue d'Allemagne. Mais les extensions pour ce brevet (16 juin 1893), les brevets complémentaires pour l'étranger et tous les autres qui suivront seront domiciliés au Vésinet, et Bernard Hippolyte Chameroy se fera assister par un bureau d'ingénieurs-conseils en matière de propriété industrielle, la Société Assi & Genès à Paris, rue du Havre, n° 6. Ceci ressemble à une rupture.

La première mention d'Hippolyte Chameroy au Vésinet figure dans l'édition de 1884, la première de l'Annuaire de la Société internationale des électriciens, créée en 1883:

    Chameroy (Hippolyte), électricien, 89, avenue Centrale, au Vésinet (Seine-et-Oise)

Mais les demandes de brevets dont il est l'auteur, ne concernent que rarement l'électricité, plutôt la mécanique. Dès 1889, Hippolyte Chameroy manifeste son intérêt pour l'automobile, en déposant plusieurs demande de brevets concernant ce domaine, même si rien n'indique qu'il en ait tiré parti.

  • 23 février 1889, Système de frein.
  • 20 juin 1889, Système de machine à explosion de vapeur.
  • 27 février 1893, Système de frein (perfectionnement).

A peine installé au Vésinet, il s'intéresse à la vie locale, la vie politique d'abord. En 1888, il est élu conseiller municipal (sur la liste républicaine-radicale) conduite par le maire sortant, Aimé Foucault. Quelques mois plus tôt, Jacques Chameroy, le fils aîné d'Hippolyte, a épousé Juliette Reine Foucault, première fille du Maire. Mais les élections sont gagnées par les "cléricaux" et Hippolyte devient un des principaux opposants au nouveau maire, Alphonse Ledru, qui incarne à ses yeux le parti "réactionnaire". En 1887, Chameroy compte parmi les membres fondateurs de l'Espérance, la société de gymnastique et de tir. Il en devient le président en 1890. Il ne manque pas les occasions de montrer son adresse au tir dans les épreuves régionales. Il sait aussi faire preuve de générosité en offrant régulièrement des prix aux concours organisés par l'Espérance. En février 1896, il reçoit les palmes académiques des mains du ministre M. Mesureur.
Franc-maçon, laïque convaincu et même militant, Chameroy est un des membres fondateurs de la
Ligue des cérémonies civiles. Aussi, lors du mariage de son fils Henri à Chatou, le 28 septembre 1897, la presse radicale saisit l'occasion de promouvoir cette Société.

CHATOU
Mariage civil - Mardi dernier, une affluence considérable se voyait dans la cour de la Mairie.
Un très beau mariage avait attiré une foule de curieux et, à midi moins un quart, une douzaine de jolis équipages déposait les jeunes mariés et tous les invités dans les salons de l'Hôtel de Ville, gracieusement mis à leur disposition.
[...].
M. Chameroy, père du jeune marié, est un républicain de vieille date; tous ses amis avaient tenu à prouver par leur présence la sympathie qu'ils ressentaient pour cet homme probe et loyal qui jamais ne varia dans ses convictions avancées. Chameroy fut un des fondateurs de la Ligue des cérémonies civiles; aussi de nombreux délégués de toutes les communes avaient-ils répondu avec empressement à l'invitation qu'on leur avait fait parvenir.
Aussitôt après que M. Berteaux eut terminé son allocution, l'orchestre a joué d'une façon magistrale le Nocturne, de Chopin; tout le monde s'est retenu pour ne pas applaudir la fin de cette page musicale si belle.

L'avenir de St-Germain, 3 octobre 1897

Henri Chameroy ne suivra pas les traces de son frère aîné, Jacques, sorti en juin 1885 de l'Ecole Centrale de Paris avec en poche un diplôme d'ingénieur des Arts & Manufactures. Henri à obtenu, à l'école communale du Vésinet son certificat d'études en 1886; il est employé d'assurances et s'installe à Chatou avec sa jeune femme. Ils divorceront en 1901.
Mais les deux derniers garçons, Emile Ferdinand (né en 1875) et Albert semblent partager avec leur père un gout pour la mécanique en général et l'automobile en particulier. Ils ouvrent un atelier de mécanique automobile, au 73, route de Sartrouville et entreprennent de valoriser les inventions de leur père. Ce dernier, poursuivant son activité d'inventeur au gré de son imagination, dépose de nouveaux brevets :

  • Système de cible à réflecteur mobile rendant lumineux les trous formés sur le carton par les balles (1893)
  • Bande de roulement anti-dérapante, 1898
  • Bandage élastique pour roues de véhicules, 1899
  • Système de changement de vitesse par poulies extensibles, 1899
  • Système de changement de vitesse particulièrement applicable aux voitures automobiles, 1899
  • Bandage élastique à segments métalliques sur caoutchouc pour roues de véhicules, 1900
  • Amélioration dans la protection des pneumatiques, 1900 ; etc.

Ce bandage élastique, antidérapant va faire l'objet de tous leurs efforts, de tous leurs espoirs durant plusieurs années. Confiant dans l'avenir de cette technologie, M. Chameroy dépose ses brevets dans les principaux pays d'Europe et jusqu'aux Etats Unis.

Au fil des ans, il effectuera plusieurs modifications, ajoutant les segments métalliques protecteurs, plusieurs fois modifiés, puis abandonnant le bandage élastique plein au profit du bandage pneumatique.

  • Improvements in protecting pneumatic tires, London, 1902
  • Pneumatic tire, combined with a protecting surface composed of metal segments, London, 1902
  • Pneumatic tire with a protecting shoe of metal segments, Allemagne, 1902
  • etc.

Le Bandage Chameroy, version "plein".

Le caoutchouc étant placé sur la jante et percé de trous pour le passage des boulons (F), lesquels trous correspondent avec ceux percés sur la jante, l'on place un des morceaux de la tringle (B) sur le caoutchouc, on introduit les boulons sur lesquels on visse les écrous et quelques filets seulement, l'on enfile ensuite les segments entre les rebords de la tringle et le caoutchouc et l'on serre ensuite les écrous à fond. L'on continue la même opération jusqu'à ce que tous les segments soient placés; ceci fait, l'on doit répartir également le jour entre chaque segment sur toute la roue, et l'on règle le tout à l'aide des écrous. Ces derniers dont l'une des faces est creusée en arrondi vient s'appliquer contre l'arrondi opposé de la jante, empêche complètement le dévissage.

Le Chauffeur, 25 Août 1900, n°88, 62e année.

Des "preuves décisives" sur le bandage à segments métalliques sont publiées dans La Locomotion automobile, 17 août 1899. L'article donne un compte rendu des épreuves et du résultat concluant sur la durée de ce bandage qui, "ayant déjà parcouru 7.200 km depuis l'exposition de Lille, vient de faire un voyage de 792 km aller et retour du Vésinet à Bruxelles, dont 16 km d'ornières, 186 km de pavés, et 130 km d'épreuves de toute sorte à Bruxelles, sans présenter aucune fatigue et aucune défectuosité".

Avantages de ce bandage : Sécurité, pas de crevaisons ni coupures, et ne nécessite aucune préoccupation. Résistance, les segments sont en acier cémenté, et le caoutchouc se trouve complètement protégé. Économie, quoique coûteux comme achat, sa durée est telle que ce bandage revient bien meilleur marché que ceux employés jusqu'à présent.
Ne dérape pas ? une des questions les plus intéressantes pour l'automobile. Mais puisqu'il ne dérape pas, il faut que sa construction soit extrêmement robuste, sans quoi, par la force vive de la voiture, soit dans les virages, soit dans les arrêts même lents, il s'arracherait et par ce fait occasionnerait des accidents encore plus graves que ceux causés par le dérapage lui-même. Élasticité constante, le caoutchouc conservant toujours la même épaisseur et toute sa souplesse, il offre une garantie contre la rupture des jantes. Peu de poussière, le contact du métal sur le sol, ne produit pas d'aspiration et par conséquent ne soulève pas la poussière. Permettant le freinage extérieur. Il peut facilement supporter les sabots de frein, ces derniers n'ayant aucun effet destructif sur les segments qui sont en acier cémenté. Enfin une des qualités qui est peut-être la plus remarquable est qu'il peut rouler sur n'importe quelle route sans détérioration aucune.

Le Chauffeur, Louis Lockert éditeur scientifique; 25 août 1900 (A62, N88, SER4).

A partir de 1901, Emile Chameroy, seul ou avec son frère Albert, déposent à leur tour plusieurs brevets pour le perfectionnement du bandage Chameroy renforcé par des pièces métalliques (dans la fixation et la forme de celles-ci).
Ils ont un stand à l'Exposition Internationale (la 4e) de l'Automobile, du Cycle et des Sports organisée par l'Automobile-Club de France du 10 au 25 décembre 1901 au Grand-Palais. Le bandage Chameroy obtient une mention honorable à l'Exposition. C'est un échec. D'ailleurs, le pneu des frères Michelin s'impose déjà partout. En 1902, sans renoncer à son système de protections métalliques, Hippolyte Chameroy l'adaptera à un "bandage pneumatique".

Voiture munie de bandages Chameroy

Avec un phaéton Peugeot, 7 chevaux ¾, bandages Chameroy, charge de route, 1.300 kilogs, voyageurs compris, on fait une moyenne de 30 à 32 kilomètres à l'heure, ce qui porte de 50 à 55 kilomètres, la vitesse maximum en palier.
Avec une voiturette Peugeot 4 chevaux, bandages Chameroy, charge de route 500 kilogs, voyageurs compris, on fait une moyenne de 26 à 27 kilomètres à l'heure, ce qui porte de 40 à 45 kilomètres la vitesse maximum en palier.
On explique ces résultats par ce fait que le bandage Chameroy dont l'élasticité égale celle d'un pneu de moyenne grosseur, offre toujours la même adhérence sur le sol, sa souplesse étant invariable et sa surface de portée constante.

Le Chauffeur, 25 Août 1900, n°88, 62e année.

Emile et Albert Chameroy participent aussi à des compétitions régionales (Course de côte à Chanteloup, au Coeur-Volant; course à Argenteuil; course du Kilomètre, sur le champ d'épandage d'Achères, etc.). Ils courent généralement sur un modèle Peugeot équipé des bandages Chameroy. Mais ils ne remportent pas de lauriers et lorsqu'ils finissent la course, c'est "dans les profondeurs du tableau". Et s'ils bénéficient dans la presse spécialisée de quelques articles complaisants, celui dont le nom apparaît dans tous les comptes-rendus de sports automobiles, "l'aimable M. Chameroy, l'ingénieur-constructeur bien connu", c'est Edmond Chameroy, leur oncle, dont le pont à bascule, mis gracieusement à la disposition de tous les organisateurs de compétition automobile pour le pesage des voitures, assure à sa société, une publicité gratuite considérable.
Les frères Chameroy s'essayent aussi à la publicité, mais la forme choisie défie quelque peu les lois du genre, adoptées de nos jours:

Les points forts de l'antidérapant Chameroy

Résistance considérable à l'usure. — Un parcours de plus de 4.000 kilomètres a été fait pendant cet hiver, sur des routes absolument impraticables afin de connaître la résistance de ce bandage; aucun de ses organes n'a été altéré, l'usure en est presque nulle.

Sécurité absolue. — Ce bandage ne dérape jamais, même sur le pavé le plus gras, l'arrachement est impossible malgré les vitesses ayant dépassé 50 kilomètres à l'heure.

Élasticité constante. — L'élasticité de ce bandage peut être comparée à celle du pneu de moyenne dimension.

Régularité remarquable dans la marche, jamais d'arrêt possible occasionné par ce bandage; l'espace même qui pourrait se produire entre les segments n'altère en rien les organes, quel que soit l'état de la route ainsi que la vitesse de la voiture. La remise au point des segments se fait en quelques minutes.

La Voiture Chameroy

En 1904, Emile et Albert Chameroy, qui habitent désormais à Montesson (4, chemin des Terres-Neuves), obtiennent une patente pour construire des véhicules automobiles à essence. [Bulletin des lois, 1904 (202)]. Les Statuts de la Société sont publiés en 1908. Un catalogue de 1909 nous apprend que les Etablissements Chameroy fabriquent des voitures légères dont la principale originalité concerne le mode de transmission. Hippolyte Chameroy (1899) puis Emile (1909) avaient déposé plusieurs brevets successifs pour le système d'embrayage par courroie qu'ils avaient conçu.

Illustration de la version britannique du brevet (No 16,657)
Date of Application, 16th July, 1909 ; accepted, 9th June, 1910

This invention relaies to improvements in automatic belt tensioning mechanism of the kind wherein the driving pulley is carried by arms pivoted on a power shaft and is geared to the latter so as to be rotated in the reverse direction thereto; the action of the gear, the brake action of the belt, and the effect of traction of the stretched part of the belt, causing the pulley to tend to oscillate or travel round the power shaft and thereby to tension the belt.
Instead of the driving pulley the driven pulley can be oscillatory and the driving pulley fixed.
ln my improved mechanism one of the arms carrying the oscillating  pulley is extended beyond the axis of said pulley and is connected to a slidable rod provided with a spring which initiates the tensioning action and a lever is provided by means of which the oscillating pulley can be moved towards the fixed ,pulley so tlmt the belt can be loosened.

Le catalogue de 1909 présentait quatre modèles de voiture: Type A (3 cv); Type B (4 cv); Type C (6 cv ½ ) ; Type D (9 cv). Étaient proposés à la vente, soit des châssis nus, sans pneus, soit des voitures completes avec carrosserie à la demande.
On ignore combien de véhicules ont été mis en circulation. Probablement pas beaucoup. Il semble qu'il n'en existe plus aucun modèle aujourd'hui.
Les grands ouvrages encyclopédiques sur l'automobile recensent généralement les Établissements Chameroy mais ne leur consacrent, au mieux que quelques lignes et sont parfois sujettes à interrogations. Exemples:

  • 1907-1911 Automobiles Chameroy, Le Vésinet, Seine-et-Oise
    Chameroy were makers of non-skid tyres who made a small number of light cars and voiturettes
        The New encyclopedia of motorcars, 1885 to the present, de G.N. Georgano et Thorkil Ry Andersen, 1982 (688 pages)
  • Chameroy — Rte de Montesson, Le Vésinet (S.-et-O.) 1909-1911 [sans plus de détail]
        The world's automobiles, 1880-1955" par George Ralph Doyle (2e éd, 1957 (165 pages)

En 1931, Emile Chameroy et sa famille habitaient toujours au Vésinet, 71bis route de Montesson, mais il semble qu'ils aient délaissé la construction automobile.


Société d'Histoire du Vésinet, 2009 - www.histoire-vesinet.org